MALANDAIN / BALLET BIARRITZ
GRAND THÉÂTRE | GRANDE SALLE

MALANDAIN / BALLET BIARRITZ

ROMÉO ET JULIETTE

[FR] En 2008, le chorégraphe Thierry Malandain et ses danseurs du Ballet Biarritz nous ont offert, et en première mondiale, L'Amour sorcier, sur la partition de Manuel de Falla, et Le portrait de l'Infante de Maurice Ravel. Ce diptyque d'une sensualité évoquant l'amour et la mort, le couple et les tribulations des corps, a reçu un accueil chaleureux du public et de la presse. En témoignent ces quelques extraits:

» Une chorégraphie faite de raffinement esthétique et d'expressivité sans exubérance.
Marie-Laure Rolland, Luxemburger Wort

» Les danseurs sont excellents et l'intelligente chorégraphie tisse parfaitement la liaison entre l'art contemporain et le patrimoine historique.
Sophie Lesort, La Croix

» Cette compagnie possède cette grâce peu commune et une maîtrise de la danse à la perfection, qui fait aisément passer les oeuvres les plus tourmentées.
Nicole Dupain, Le Progrès

Cette saison, Thierry Malandain, considéré par de nombreux observateurs à travers le monde comme le digne héritier des maîtres classiques, ouvre la saison «danse» du Grand Théâtre avec Roméo & Juliette sur la partition de Berlioz, poursuivant ainsi son exploration des arcanes de l'Amour. Généralement inspirée d'une oeuvre musicale, son écriture chorégraphique puise son essence-même dans la trame dramatique de l'argument. Et quel plus beau sujet pour ce chorégraphe hors normes que le drame de l'amour éternel
et sublime de Roméo et Juliette, tragiquement écartelé sous les étoiles contraires de deux familles ennemies.

Tragédie-phare de la Renaissance, cette histoire des deux amants de Vérone aura inspiré plus d'un compositeur et chorégraphe. La plus connue des partitions est celle de Serge Prokoviev, composée en 1935 dans l'esprit des grands ballets du XIXe siècle. À l'instar de ceux de Tchaïkovski, sa musique épouse le développement de l'intrigue. En revanche, La Symphonie dramatique, Op17 de Berlioz, destinée au concert, ne fait qu'effleurer le drame en bouleversant son anecdote, en transportant les personnages et l'action dans l'imaginaire.

En 1966, Maurice Béjart est le premier chorégraphe à porter à la scène le Roméo et Juliette de Berlioz. Au final, un récitant clamait: «Faites l'amour pas la guerre», un slogan, selon Thierry Malandain, hautement évangélique, qui vaut toujours et pourrait apparaître comme symbolique du spectacle. L'universalité du drame, dans son questionnement éternel de l'idéalisme amoureux et de son caractère quasi mystique, a inspiré au chorégraphe une «danse d'amour et de mort».

» Thierry Malandain montre qu'il est dans la pleine maturité de son art. Les Echos

» Tableau après tableau, Thierry Malandain maîtrise superbement la mise en scène de son Roméo et Juliette. Le Nouvel Observateur

» Thierry Malandain réinvente le mythe de Roméo et Juliette dans un ballet oû la surprise s'ajoute à une émotion omniprésente. La Croix

» L'humilité de la scénographie convie par ses images tous les amoureux du monde. (...) Toute la puissance du récit vient de la danse et de la danse seule: la chorégraphie, comme toujours, belle et savante, se coule parfaitement dans le flux et les méandres de la symphonie. Les danseurs la servent avec une ferveur totale. Le Figaro


CHORÉGRAPHIE Thierry Malandain
MUSIQUE Hector Berlioz
DÉCOR ET COSTUMES Jorge Gallardo
CONCEPTION LUMIÈRE Jean-Claude Asquié

PRODUCTION Malandain | Ballet Biarritz
COPRODUCTION Grand Théâtre de Luxembourg, Festival le Temps d'Aimer de Biarritz, Théâtre Victoria Eugenia de San-Sebastian, Grand Théâtre de Reims, Auditorio de Sant-Cugat, Centre Chorégraphique National d'Aquitaine en Pyrénées-Atlantiques / Malandain | Ballet Biarritz, Festival d'Ekaterinbourg

Vendredi 15 OCTOBRE 2010 à 20h00 (tickets)
Samedi 16 OCTOBRE 2010 à 20h00 (tickets)
Kulturpass, bienvenue!

DURÉE 1h15 (pas d'entracte)

Adultes 25 €, 20 €, 15 € / Jeunes 8 €


Luxembourg Festival

[DE] Wie kein anderes Stück hat die tragische Geschichte dieser beiden Liebenden immer wieder Komponisten, Schriftsteller, Regisseure und Choreographen zu eigenen Gedanken und neuen Versionen angeregt. Der Choreograph Thierry Malandin stellt mit seinem Ballet Biarritz eine Version vor, welcher die gleichnamige Tondichtung von Hector Berlioz zugrunde liegt. Ausgehend von der Befindlichkeit einer desillusionierten, heutigen Gesellschaft sucht er und seine Truppe tänzerisch nach neuen Wegen in die Leichtigkeit paradiesischer Anfänge.

» Die Inszenierung zieht einen in ein visuelles Wohlgefühl: Man muss nicht verstehen, man muss nicht denken, einfach nur zuschauen und genießen. [...] Ein wunderschöner Abend.
Heike Bucher, Tageblatt zu Les Ménines und L'armour sorcier



Avis spectateurs | Zuschauer-Meinungen
Pas encore de contributions | Noch keine Beiträge Écrire un commentaire | Kommentar schreiben