Les Théâtres de la Ville de Luxembourg

#54 TROIS POÈTES LIBERTAIRES DU 20E SIÈCLE

Boris Vian, Jacques Prévert, Robert Desnos

Avec Jean-Louis Trintignant

[FR] Jean-Louis Trintignant est de retour avec, cette fois encore, cette poésie dont il est fou et qu'il ne cesse de lire, de réciter à ceux qui le rejoignent et l'entourent. On se souviendra de ses soirées consacrées, à Esch ou à Luxembourg, à Apollinaire et Aragon.

Pour continuer à nous faire partager sa passion, il a choisi cette fois poètes du vingtième siècle, trois hommes épris de liberté, comme lui. À travers sa bouche, Prévert, Vian et Desnos disent la résistance et le combat, leur engagement dans, contre et pour le monde, l'amour présent, l'amour vivant, l'amour qui doute, et celui qui s'en est allé. Ils jouent avec les mots ou ils les brandissent comme des armes.

Jean-Louis Trintignant alterne les textes poignants, furieux et drôlissimes. Il ne les dit pas, il les vit, il les incarne, trouvant toujours un accord secret, intime, avec leur auteur aujourd'hui disparu.

Son plaisir est contagieux. Sa voix, reconnaissable entre toutes, un geste, une inflexion malicieuse ou triste suffisent à nous emporter au pays des poètes, un pays plus dense, plus surprenant, plus varié que celui où nous avons l'habitude d'évoluer, un pays de perpétuelles découvertes, toujours à explorer.

Avec lui, ses deux complices, l'accordéoniste Daniel Mille et le violoncelliste Grégoire Korniluk, dont la musique est le juste contrepoint à ses propos.

» Les mots et la musique se répondent sur le ton de la confidence. Jean-Louis Trintignant dit les poèmes de ces âmes rétives que furent Jacques Prévert, Boris Vian, Robert Desnos. Il les a choisis. Il les sait par cœur et en distille les sucs avec une science si profonde de la musique, des soupirs, des silences qu'il est tel un instrumentiste, au côté de deux garçons magnifiques, Grégoire Korniluk au violoncelle, Daniel Mille, auteur de la partition délicate, à l'accordéon. C'est doux et tendre, sans mièvrerie aucune. C'est cruel souvent et vénéneux comme l'amour, la guerre, les disparitions. Les passages d'un poète à l'autre se font par associations et ruptures. Poèmes connus et chers, œuvres rares. Un concert d'une perfection si grande qu'à la fin le public est debout, saluant les artistes, graves et reconnaissants. Le Figaro

» Assis sur un haut tabouret, sourire doux, il se tient les mains, regarde ses chaussures. On croirait un gosse timide qui va réciter une poésie... Jean-Louis Trintignant a l'esprit et le coeur pleins de poèmes, mais il ne les récite pas. Il raconte des histoires. [...] Parfois, les mots laissent la place aux notes, délicates, mélancoliques de Grégoire Korniluk (violoncelle) et Daniel Mille (accordéon). Jeux de mots ou d'images, fables joyeuses ou chants profonds, leur monde est peuplé de drôles d'oiseaux et de fantômes, de résistants et de combattants, d'amoureux fous et d'amis fidèles. Jean-Louis Trintignant nous y embarque avec tendresse et bonheur. Un petit bijou. Le Point

Avec
Jean-Louis Trintignant
Musiciens
Daniel Mille (accordéon) & Grégoire Korniluk (violoncelle)

Mise en scène Gabor Rassov
Lumières Orazio Trotta

Production Les Visiteurs du Soir

 Lundi 18 FÉVRIER 2013 à 20h00 (tickets)
Mardi 19 FÉVRIER 2013 à 20h00 (tickets)

DURÉE environ 1h20 (pas d'entracte)

Adultes 20 €/ Jeunes 8 €

Lieu: Théâtre des Capucins

 

KBL Private Bankers

[TICKETS]2013-02-18 20:00:00 13413+2013-02-19 20:00:00 13426