#32B MAO II

Don DeLillo

[FR] Individualisme, radicalisme, capitalisme, terrorisme: autant de fils rouges pour s’orienter dans ce deuxième volet de la trilogie de textes de Don DeLillo que Julien Gosselin adapte au théâtre. Mao II prend thèmes et personnages au piège d’une illusion romanesque impitoyable, tel un miroir où la fin du XXe siècle peut se contempler, fascinée et inquiète. DeLillo métamorphose en une fiction vertigineuse des problématiques aussi fondatrices que la politique à l’échelle internationale, le rôle des médias, la prégnance de l’image, son statut et sa multiplication dans les sociétés contemporaines.

Cette pièce fait le portrait d’un écrivain solitaire nommé Bill Gray qui vit à l’écart du monde, pensant que les qualités littéraires d’une œuvre se perdent, dès qu’elle est lue par un trop grand nombre de lecteurs. Bill déplore que les romanciers sont devenus obsolètes à une époque où le terrorisme a supplanté l’art comme «attaques sur la conscience».

Se rendant à Londres pour donner un discours public sur un écrivain suisse pris en otage à Beyrouth, Bill y fait la rencontre d’un représentant du groupe maoïste responsable de l’enlèvement de l’écrivain, puis décide d’aller lui-même au Liban et de négocier la libération de l’écrivain. À Chypre, Bill est renversé par une voiture. Dans l’épilogue de la pièce, la photographe Brita, qui avait documenté la vie de Bill, se rend à Beyrouth pour photographier Abu Rashid, le terroriste responsable de l’enlèvement.

En prédisant une époque de terreur impliquant des explosions en plein vol et des bâtiments effondrés, DeLillo était étrangement en avance sur son temps. Mao II thématise ainsi l’effet profond que la terreur politique allait bientôt avoir sur la société américaine.

[DIS]

Texte Don DeLillo
Traduction Marianne Véron
Adaptation & mise en scène Julien Gosselin 

Avec Rémi Alexandre, Guillaume Bachelé, Joseph Drouet, Denis Eyriey, Antoine Ferron, Carine Goron, Pauline Haudepin, Alexandre Lecroc-Lecerf, Frédéric Leidgens, Caroline Mounier, Victoria Quesnel, Maxence Vandevelde

Scénographie Hubert Colas
Assistant technique à la scénographie Frédéric Vienot
Assistant à la mise en scène Kaspar Tainturier-Fink
Création musicale Rémi Alexandre, Guillaume Bachelé, Maxence Vandevelde
Création lumière Nicolas Joubert assisté d’Arnaud Godest
Création vidéo Jérémie Bernaert, Pierre Martin
Création sonore Julien Feryn
Costumes Caroline Tavernier assistée d’Angélique Legrand
Accessoires Guillaume Lepert
Régie générale création & assistance technique scénographique Antoine Guilloux
Régie générale tournée Léo Thévenon
Régie plateau Benjamin Dupuis, Simon Haratyk, Guillaume Lepert
Régie lumière Anna Geneste, Arnaud Godest, Fanny Walser
Cadre vidéo Jérémie Bernaert
Régie vidéo Pierre Martin ou Pierre Hubert, Raphaël Oriol
Régie son Julien Feryn, Hugo Hamman ou Noémie Pagot
Régie son HF Mélissa Jouvin
Costumes Angélique Legrand ou Caroline Tavernier
Stagiaire dramaturgie Juliette de Beauchamp
Stagiaires techniques Sophie Miquet, Mickaël Perissinotto, Nina Chiron
Direction technique Nicolas Ahssaine
Directeur technique adjoint Vianney Brunin
Administration, production, diffusion Eugénie Tesson
Organisation tournée, communication Emmanuel Mourmant
Assistant à l’administration Paul Lacour-Lebouvier

Textes publiés aux Éditions Actes Sud

Production Si vous pouviez lécher mon cœur
Coproduction Kaidong Coopération franco-taiwanaise pour les arts vivants; Le Phénix, scène nationale (Valenciennes); National Performing Arts Center – National Theater & Concert Hall (Taiwan); Odéon-Théâtre de l’Europe; Théâtre National de Strasbourg; Festival d’Avignon; MC2: Maison de la culture de Grenoble; Théâtre du Nord – Centre Dramatique National Lille / Tourcoing / Hauts-de-France; International Theater Amsterdam; TNB – Théâtre National de Bretagne – Centre Européen Théâtral et Chorégraphique (Rennes); Les Théâtres de la Ville de Luxembourg; Bonlieu Scène nationale Annecy; Le Quartz – scène nationale de Brest; Festival d’Automne à Paris; La Filature, Scène nationale (Mulhouse)

Avec la participation artistique du Jeune Théâtre National
Avec le soutien de Nanterre-Amandiers et Montévidéo, créations contemporaines
Avec le soutien exceptionnel de la DGCA / DRAC Hauts-de-France et de la Région Hauts-de-France

L’adaptation de Joueurs, Mao II, Les Noms est représentée dans les pays de langue française par Dominique Christophe / l’Agence, Paris en accord avec Abrams Artists & The Wallace Literary Agency, New York

Construction du décor Ateliers du Théâtre National de Strasbourg
Spectacle créé le 7 juillet 2018 dans le cadre du Festival d’Avignon

 

Vendredi 22 NOVEMBRE 2019 à 20h00 (tickets)

DURÉE 3h10 (pas d'entracte)

Introduction à la pièce par Monsieur Ian De Toffoli ½ heure avant la représentation (FR).

Adultes 25 €, 20 €, 15 € / Jeunes 8 € / Kulturpass bienvenu

Lieu: Grand Théâtre / Grande Salle

[TICKETS]2019-11-22 20:00:00 27360