#27 (LA)HORDE

Marry Me In Bassiani
Avec 15 interprètes

[FR] Précurseurs de la danse post-Internet, les trois artistes du collectif (LA)HORDE, fondé en 2013, développent leur pratique à travers la mise en scène, la réalisation de films, l’installation vidéo, la création chorégraphique et la performance. Après s’être intéressés aux Hard-Dances et au Jumpstyle des années ‘90, Marine Brutti, Jonathan Debrouwer et Arthur Harel remontent à la source et portent leur attention aux danses folkloriques et traditionnelles. C’est ainsi qu’ils ont découvert les danses géorgiennes.

Après leur rencontre avec les danseurs du Ballet Iveroni, et en discutant avec eux, les membres de (LA)HORDE ont réalisé à quel point différentes influences et styles de danse cherchaient à coexister en Géorgie aujourd’hui et comment la jeunesse y était impliquée politiquement. Une force pour une danse contemporaine pleine de sens. Il y a quelques mois en Géorgie, les jeunes de Tbilissi ont manifesté sur de la techno devant le parlement de leur pays afin de contester les raids qui ont eu lieu dans plusieurs clubs de la ville – dont Bassiani, nouveau lieu d’émancipation de la jeunesse. La danse devient pour ces jeunes une forme de contestation pacifique par les corps.

Marry Me in Bassiani est le fruit de ces rencontres et de ces discussions: une chorégraphie exaltante et variée qui combine les mouvements parfaitement synchronisés d’une troupe de 15 danseurs de l’ensemble Iveroni. Vivacité, audace technique, chocs de sabres et tendresse romantique sont au rendez-vous!

[EN] Marry Me in Bassiani is the latest choreographic creation of the collective (LA)HORDE, founded in 2013, which brings together Marine Brutti, Jonathan Debrouwer and Arthur Harel. (LA)HORDE focus on the codes of different artistic disciplines and develop their work through new media, staging, film making, video installation, choreography and performance. At the centre of their creation is the body.

(LA)HORDE’s research on post-internet and viral dances triggered questions about their origins and helped the collective understand how these dance styles might be influenced by folkloric or traditional dances.

This led them to discover traditional Georgian dance. In the communist era, ballet had not only served as a medium for national unification in Georgia but also as a means of resistance against Soviet cultural hegemony. This instrumentalisation of ballet raises interesting questions about how dance, rather than being merely decorative, can fight political power. A few months ago in the Georgian capital of Tbilisi, dance once again became a form of peaceful protest: after a raid in the nightclub Bassiani, tens of thousands of young people demonstrated in front of the parliament by dancing to techno music.

(LA)HORDE are going to work with 15 dancers from the Georgian ensemble Iveroni, using their remarkable skills and extraordinary virtuosity. They will build with them a narrative about who they are and what they stand for.

[DE] In Marry Me in Bassiani widmet sich das Medienkunst-Kollektiv (LA)HORDE dem kraftvollen georgischen Volkstanz. Dieser äußerst physische Tanz mit Elementen aus den Martial Arts, Ballett, Sprüngen und schnellen Drehungen auf den Knien wird meisterhaft von dem jungen georgischen Ensemble Iveroni beherrscht, das aus ehemaligen Tänzern des Georgischen Nationalballetts besteht. In der kommunistischen Ära galt der Tanz als Medium eines friedlichen Widerstands gegenüber der kulturellen Hegemonie der Sowjetunion.

Gemeinsam gehen (LA)HORDE und die Tänzer dem widerständigen Potenzial dieses Volkstanzes auf den Grund – und stellen ihn in den Kontext des jüngsten Beispiels tanzenden Widerstandes in Georgien: Nach einer Razzia im titelgebenden Club Bassiani demonstrierten im Frühjahr 2018 zehntausende junge Menschen vor dem Parlamentsgebäude in der georgischen Hauptstadt Tiflis, indem sie zu lauter Technomusik für ihre Rechte tanzten.

Mit Marry Me in Bassiani entsteht ein virtuoser und spektakulärer Abend über die Widerständigkeit, Solidarität und energetische Kraft von gemeinsam tanzenden Körpern.  

[DIS]

Conception & mise en scène (LA)HORDE – Marine Brutti, Jonathan Debrouwer, Arthur Harel
Composition sonore Sentimental Rave
Scénographie Julien Peissel
Construction décors les ateliers du Grand T – Nantes
Conception lumière Patrick Riou
Assistante artistique & costumes Lily Sato
Regard extérieur Jean-Christophe Lanquetin
Répétitrice Natia Chikvaidze
Régisseurs généraux Guillaume Allory & Sébastien Mathé
Régisseur son Jonathan Cesaroni
Chargée de production & diffusion Clémence Sormani
Assistant de production Léo Viguier
Administration Isabelle Chesneau

Avec l’ensemble IVERONI & le maître de ballet Kakhaber Mchedlidze (en alternance) Mari Bakelashvili, Gaga Bokhua, Tinatin Chachua, Natia Chikvaidze, Tornike Gabriadze, Iakob Gogotishvili, Tornike Gulvardashvili, Levan Jamagidze, Giorgi Khubaevi, Nika Khurtsidze, Khatuna Laperashvili, Kakhaber Mchedlidze, Neli Mdzevashvili, Anzori Popkhadze, Vaso Tchikaberidze, Tamar Tchumburidze, Natia Totladze, Lali Zatuashvili

Production (LA)HORDE
Coproduction MAC – Maison des Arts de Créteil; Théâtre de la Ville – Paris; Les Théâtres de la Ville de Luxembourg; Maison de la danse de Lyon; TAP – Théâtre Auditorium de Poitiers; Centre chorégraphique national de Nantes; Bonlieu – Scène nationale d’Annecy; Charleroi danse; Teatro Municipal do Porto; Kampnagel Hamburg; La Comédie de Clermont-Ferrand; Fondation BNP Paribas; Institut français; Les Salins – Scène nationale de Martigues
Soutien Grand T – Nantes

(LA)HORDE est soutenue par la Fondation BNP-Paribas.
(LA)HORDE est artiste associé à la MAC – Maison des Arts de Créteil
(LA)HORDE est en résidence à la Gaîté Lyrique.

Vendredi 26 JUIN 2020 à 20h00 (tickets)
Samedi 27 JUIN 2020 à 20h00 (tickets)

DURÉE environ 1h30 (pas d'entracte)

Adultes 25 €, 20 €, 15 € / Jeunes 8 € / Kulturpass bienvenu

Lieu: Grand Théâtre / Grande Salle

[TICKETS]2020-06-26 20:00:00 27462+2020-06-27 20:00:00 27463

MARRY ME IN BASSIANI Teaser from (LA)HORDE on Vimeo.