Les Théâtres de la Ville de Luxembourg

#29 COMPAGNIE HERVÉ KOUBI

CE QUE LE JOUR DOIT À LA NUIT
PIÈCE POUR 12 INTERPRÈTES

[FR] En 2009, El Din a posé les premiers jalons d’une rencontre entre Hervé Koubi et ses douze nouveaux compagnons algériens et burkinabé, dont l’aboutissement a eu lieu en 2013 avec Ce que le jour doit à la nuit, d’après le roman éponyme de Yasmina Khadra.

Hervé Koubi s’applique à travailler non pas sur la forme mais plus que jamais à partir du corps de ses danseurs, des danseurs de rue extraordinairement ouverts et réceptifs, dont le plaisir de danser reste disponible aux enjeux imposés par une création contemporaine. Pas question de spectaculaire pour le spectaculaire: les trajectoires et les musicalités de chaque danseur sont au service du sens plutôt que de la performance.

Comme le jeune héros du roman, balloté d’une famille à une autre, Hervé Koubi part en explorateur de sa propre histoire qui croise celle avec un grand H. Tel un orientaliste du XIXe  siècle venu en Algérie pour donner vie à ses rêves d’orient, il a voulu donner vie à ses rêves d’enfant né en France, et qui n’a découvert que sur le tard ses véritables origines et celles de ses parents, algériens de souche.

» Pendant trois ans, le chorégraphe Hervé Koubi [...], a retrouvé le pays de ses origines, l’Algérie, et rencontré des danseurs. Avec onze d’entre eux, plus un burkinabé, il a composé un ballet blanc où virevoltent les voiles et les jupes. Libération, Marie-Christine Vernay

» Sa haute technicité, sa poésie, sa puissance expressive tiennent autant de l’inspiration chorégraphique que la qualité des interprètes de cultures diverses, donc de sensibilités différentes. La Marseillaise, A. H.

» Rares sont les œuvres dansées à ce point prégnantes, c’est-à-dire parvenant à diffuser un tel état de corps partagé. Danzine, Valentin Lagares

[EN] Choreographer Hervé Koubi was born in France of Algerian origin; parallel to completing a doctorate in Pharmacology and Clinical Biology he continued to develop his dance career in Aix, Cannes and the Opéra de Marseille. He has worked with Jean-Charles Gil, Jean-Christophe Pare, Emilio Calcagno and Barbara Sareau, all of whom were greatly influenced by Ballet Preljocaj.

In 2009, Hervé organized an audition in Algeria for the debut of the work that is now Ce que le jour doit à la nuit after the novel of the same name by Yasmina Khadra, which sold more than 400.000 copies in France. In this performance Hervé Koubi embarks on an exploration of his own history and the roots of his family as he works through the story of the ordinary hero Younes of the novel, a young boy sent from one family to another. Twelve Algerian and Burkino Faso dancers, mostly from street dance or hip-hop, have come together to create this project and connect their techniques to contemporary dance.

[DE] Hinter dem Pseudonym Yasmina Khadra verbirgt sich ein Mann: Mohammed Moulessehoul war hochrangiger Offizier der algerischen Armee und veröffentlichte seine Bücher unter den Vornamen seiner Frau, bevor er im Jahr 2000 ins französische Exil ging. In seinem Roman Die Schuld des Tages an die Nacht beschreibt er die Geschichte des jungen Younes am Ende der Kolonialzeit, dessen Liebe zu Emilie, das Hin- und Hergerissensein zwischen arabischer und französischer Kultur. So ist das Buch gleichzeitig eine Auseinandersetzung mit der wechselvollen Geschichte der französisch-algerischen Beziehungen. „Die Schuld des Tages an die Nacht liest sich, als hätten sich die Großen versammelt: Steinbeck, Hemingway, Camus, Paul Valéry – ein Meisterwerk des magischen Realismus“, befand Lutz Bunk im Deutschlandradio Kultur.

Auf die Spuren von Younes begibt sich Hervé Koubi in seinem Stück, das denselben Titel wie das Buch trägt. Für Koubi, der als Nachkomme algerischer Einwanderer in Cannes geboren wurde, ist es zugleich eine Suche nach der eigenen Identität und den kulturellen Wurzeln seiner Familie. Der Doktor der Pharmazie, der an der Universität Aix-Marseille gleichzeitig seine Tanzausbildung absolvierte, arbeitet mit Straßentänzern aus Algerien und Burkina Faso zusammen, die eine Verbindung zwischen Hip Hop und zeitgenössischem Tanz schaffen. 

[DIS]

Chorégraphie Hervé Koubi

Artistes chorégraphiques Lazhar Berrouag, Nasrerddine Djerrad, Fayçal Hamlat, Nassim Hendi, Amine Maamar Kouadri, Riad Mendjel, Youcef Ouali, Issa Sanou, Ismail Seddiki, Reda Tighremt, Mustapha Zahem, Adel Zouba

Artistes intervenants pour la formation Alexandra Besnier, Guillaume Gabriel, David Guasgua, Min-Jeong Kim, Philippe Mesia, Carl Portal
Création musicale Maxime Bodson
Musique
Hamza El Din par Kronos Quartet, Jean-Sébastien Bach, musique Soufi
Création lumière Lionel Buzonie
Création costumes Guillaume Gabriel

Coproduction Ballet de l’Opéra National du Rhin – Centre Chorégraphique National, Centre Chorégraphique National de Créteil et du Val de Marne – Cie Kafig, Palais des congrès de Loudéac, Centre Culturel de Vitré, Ballet Preljocaj – Centre Chorégraphique National d’Aix en Provence, Ballet Biarritz – Thierry Malandain – Centre Chorégraphique National

Avec le soutien du conservatoire de Musique et de Danse de Brive-la-Gaillarde, de la Ville d’Uzerche, de la Ville d’Ussac, de l’École Supérieure de Danse de Cannes, du Théâtre de Cusset, du Channel – Scène Nationale de Calais, du Centre Culture Jean Pierre Fabrègue de Saint-Yrieix-La-Perche, du Théâtre du Cloître de Bellac, du Domaine Départemental de l’étang des Aulnes – Conseil Général des Bouches du Rhône Centre départemental de créations en résidence. La création Ce que le jour doit à la nuit est labélisée Marseille Provence 2013.

Mardi 16 MAI 2017 à 20h00 (tickets)

DURÉE
1h00 (pas d'entracte)

Adultes 25 €, 20 €, 15 € / Jeunes 8 € / Kulturpass bienvenu

Lieu: Grand Théâtre / Grande Salle

[TICKETS]2017-05-16 20:00:00 21908