#56 ÇA IRA (1) FIN DE LOUIS

JOËL POMMERAT
En français

[FR] On n’a pas oublié de Joël Pommerat La Réunification des deux Corées ou La grande et fabuleuse histoire du commerce. Le revoilà.

L’objectif cette fois: en se focalisant sur la Révolution française, aller au plus près de l’action politique, dans le concret de ses pratiques et dans sa dimension collective.

Il s’agit de parler du processus en lui-même et non des grands hommes: l’avènement et l’événement de la démocratie, l’assemblée, le débat, le bouillonnement des idées. Qu’est-ce qui dans cette confrontation des idées et des hommes pousse à l’action? Quelles représentations, valeurs, idéologies ou idéaux déterminent le renversement et la prise du pouvoir?

Sans reconstitution historique, il y a une volonté à être au plus près de l’apprentissage et de l’exercice du pouvoir démocratique, au jour le jour, dans l’énergie, mais aussi dans la fatigue de cet engagement, à l’échelle des individus et des différents groupes sociaux.

C’est une plongée à l’intérieur d’une aventure politique et humaine fondatrice de notre société contemporaine. En dehors des grandes figures et des stéréotypes historiques, comment redonner vie à une matière qui est devenue un mythe auquel le présent ne cesse pourtant de nous renvoyer?

Par rapport aux précédentes créations, fondé avant tout sur le jeu des acteurs. C’est aussi un retour au dispositif frontal, mais dans une ampleur spatiale et une grande jauge jamais pratiquées. Quant au public, il est un partenaire: il deviendra lui-même la foule, l’assemblée.

» Ça ira (1) Fin de Louis de Joël Pommerat a «emporté» ses spectateurs dans le souffle théâtral épique de son déferlement. […] Le traitement des lumières et le rythme de la représentation […] garantissent l’atmosphère des séquences et la fluidité de leurs enchaînements. Les textes, si importants, magnifiques, dans une langue exactement soutenue d’aujourd’hui, avec les ruptures bienvenues et les intonations qui conviennent, sont le résultat d’un magnifique travail d’information, de choix, d’écriture, et aussi – c’est essentiel – de «mise en langue et en bouche avec les interprètes»… Stéphane Gilbart, Luxemburger Wort

» … un spectacle intelligent et touchant à la fois, qui ouvre de nouvelles perspectives sur tous les débats actuels sur la souveraineté du peuple et le partage du pouvoir, sur la dignité du débat et l’urgence de réformes, leur genèse et la violence de la répression d’une pensée autre. La longueur de la pièce nous emporte dans son souffle épique, l’euphorie entraîne l’épuisement comme dans la vraie vie. On attend déjà la suite avec impatience. Josée Hansen, D’Lëtzebuerger Land

» Les Molières, récompenses du théâtre français, ont plébiscité lundi la formidable fresque sur la Révolution française Ça ira, passée par le Grand Théâtre en avril dernier. Son auteur, Joël Pommerat, a ainsi remporté le Molière du metteur en scène de théâtre public, de l'auteur et de la meilleure pièce. Une consécration pour ce bourreau de travail de 53 ans, qui a déjà apporté des pièces magiques au théâtre, aperçues par le passé au Luxembourg (comme La Réunification des deux Corées). Un deuxième opus de Ça ira, fin de Louis, qui couvrira la période de la Terreur, est d'ailleurs attendu. Le Quotidien, Grégory Cimatti

» Il y a de l’artisanat chez Pommerat, mais aussi une précision chirurgicale lorsqu’il s’agit des rythmes, des lumières, des apparitions, du son, des mouvements, du travail sur les voix et de l’écriture globale. Le Figaro

» L’auteur et metteur en scène maîtrise parfaitement l’art du plateau, servi avec une justesse sans faille par ses fidèles compagnons. Il manie aussi avec dextérité les dialogues où chaque mot tantôt agrippe l’autre au vol pour l’emmener dans une lutte insensée, tantôt griffe le grotesque de la situation, ou sème le doute et confond réel et fiction. La Terrasse à propos de La Réunification des deux Corées

» C’est féroce et intelligent, Pommerat ne se posant jamais en juge, laissant une chance à ses personnages qui s’accrochent coûte que coûte, vaille que vaille. L’Humanité à propos de La grande et fabuleuse histoire du commerce

[DIS]

Avec
Saadia Bentaïeb, Agnès Berthon, Yannick Choirat, Eric Feldman, Philippe Frécon, Yvain Juillard, Anthony Moreau, Ruth Olaizola, Gérard Potier, Anne Rotger, David Sighicelli, Maxime Tshibangu, Simon Verjans, Bogdan Zamfir

Scénographie & lumières Eric Soyer
Costumes et recherches visuelle Isabelle Deffin
Son François Leymarie
Recherche musicale Gilles Rico
Recherche sonore et spatialisation Grégoire Leymarie et Manuel Poletti (MusicUnit/Ircam)
Dramaturgie Marion Boudier
Collaboration artistique Marie Piemontese, Philippe Carbonneaux assistés de David Charier
Assistante à la mise en scène Lucia Trotta
Conseiller historique Guillaume Mazeau
Assistants dramaturgie & documentation Guillaume Lambert

Construction décors Ateliers de Nanterre-Amandiers
Direction technique Emmanuel Abate
Construction mobilier Thomas Ramon - Artom

Régie lumière Julien Chatenet
Régie son Grégoire Leymarie
Régie plateau Jean-Pierre Costanziello,  Mathieu Mironnet, Pierre-Yves Le Borgne
Habilleuses Claire Lezer et Lise Crétiaux

Forces Vives Jean-Louis Atzori, Mario Bettega, Lise Bizzari, Philip Chalmer, Hélène Houart, Ariane Gremigni, Roland Jankowsky, Michaël Kahya, Patrice Lacroix, Marc Lallemang, Sheila Molitor, Salvatore Salvo, Katerina Tyrtsova, Philippe Ugolini, Gaetan Wilmart

Bureau de production Compagnie Louis Brouillard
Anne de Amézaga: Co-directrice
Jean-François Louchin: Administrateur
Gil Paon: Assistante de la co-directrice et attachée à la communication
Lorraine Ronsin-Quéchon: Chargée de la logistique des tournées et attachée à la production
Isabelle Muraour: Presse et diffusion
Fanny Trujillo: Comptable
Yane Agius: Renfort paie
Rachel Levieux: Chargée d’accueil et secrétaire de production

Production Compagnie Louis Brouillard
Coproduction Nanterre-Amandiers, Centre Dramatique National, Le MANEGE-MONS/Scène
transfrontalière de création et de diffusion, Mons 2015/Capitale européenne de la Culture, Théâtre National/Bruxelles, ESACT/Liège, Mostra Internacional de Teatro/Sao Paulo, Les Théâtres de la Ville de Luxembourg, MC2/Maison de la Culture de Grenoble, La Filature/Scène nationale de Mulhouse, Espace Malraux/Scène nationale de Chambéry et de la Savoie, Théâtre du Nord/CDN Lille-Tourcoing-Nord-Pas-de-Calais, FACM/Festival théâtral du Val d’Oise, L’apostrophe/Scène nationale de Cergy-Pontoise et du Val d’Oise, Théâtre français du Centre national des Arts du Canada/Ottawa, Théâtre National Populaire/Villeurbanne et Célestins/Théâtre de Lyon, Le Volcan/Scène nationale du Havre, Le Rive Gauche/Scène conventionnée de St Etienne du Rouvray, Bonlieu/Scène nationale d’Annecy, le Grand T, Théâtre de Loire-Atlantique/Nantes

Création le 16 septembre 2015 au Manège-Mons, dans le cadre de Mons Capitale de la culture.

Résidences de création: Théâtre Nanterre-Amandiers, CNCDC– Châteauvallon, Conservatoire de Liège, Le CentQuatre, La Ferme du Buisson.
La Compagnie Louis Brouillard reçoit le soutien du ministère de la Culture/Drac Île-de-France et de la Région Île-de-France.
Joël Pommerat est associé au Théâtre national de Bruxelles et à l’Odéon-Théâtre de l’Europe. Il fait partie de l’association d’artistes de Nanterre-Amandiers.
Tous les textes de Joël Pommerat sont publiés aux Editions Actes Sud-Papiers.

Vendredi 22 AVRIL 2016 à 19h00 (tickets)
 Samedi 23 AVRIL 2016 à 19h00 (tickets)

DURÉE environ 4h20 (2 pauses comprises)

Adultes 25 €, 20 €, 15 € / Jeunes 8 € / Kulturpass bienvenu

Lieu: Grand Théâtre / Grande salle réduite

[TICKETS]2016-04-22 19:00:00 19815+2016-04-23 19:00:00 19816