Les Théâtres de la Ville de Luxembourg

#69 CE QUE LE DICTATEUR N'A PAS DIT

MERIAM BOUSSELMI
En français

[FR] Après avoir traité de la dictature du point de vue de l'opprimé dans sa pièce Mémoire en retraite,qui a remporté le prix de «La Meilleure Pièce de théâtre du Monde arabe en 2011», l'auteure metteure en scène tunisienne Meriam Bousselmi et Steve Karier donnent la parole à l'oppresseur, au dictateur, et tentent de dresser le portrait de ce personnage à la fois terrible et fascinant, tout en proposant une réflexion implicite sur l'Homme.

Ce que le dictateur n'a pas ditest le monologue d'un ex-dictateur qui, dans sa solitude désespérée, s'invente des conversations. Cette parole-là est proliférante, comme une sorte de compensation compulsive et névrotique au silence qui lui est imposé par la Révolution. Cependant, il n'est pas question de susciter de l'empathie pour ce vieillard solitaire, rongé d'incertitude et finalement peu maître de son destin, mais plutôt de dévoiler l'entreprise de mystification à laquelle se livrent les dictateurs et de dénoncer les manipulations politiques, les sales jeux de pouvoir et d'autorité dont les peuples sont coresponsables et victimes à la fois.

» Meriam Bousselmi […] diversifie, dans une approche finement ciselée à connotation symbolique, les points de vue et guide d’une main sûre le comédien Steve Karier dans une remarquable prestation, […] Dans une impressionnante présence scénique, Steve Karier crée un personnage aux multiples facettes, passant avec aisance d’un extrême à l’autre, par le truchement de fines nuances. Une performance étonnante. Le Jeudi

» [Meriam Bousselmi] a manifestement un ton/don d’écriture. Son texte est brillant. [...] Quant à sa mise en scène, elle aère le texte tout en concentrant l’attention grâce à quelques objets significatifs. [...] Steve Karier confère une présence à la fois immédiate et symbolique [au protagoniste], dans toutes les facettes de son jeu nuancé   ̶   menaçant, cynique, désabusé, pitoyable, ironique… Lui aussi est brillant, mais sans que cela suscite de restriction! Luxemburger Wort

»  Ce que le dictateur n’a pas dit est d’abord un texte puissant et d’une richesse folle, concocté par la jeune auteur-metteur en scène Meriam Bousselmi [...]. Le Quotidien

[DE] » [Meriam Bousslemi] ist mit Ce que le dictateur n’a pas dit ein mitreißender, subtil anklagender und humorvoller Monolog gelungen, in dem sie auf politischer, stärker aber noch auf philosophischer und psychologischer Ebene die Dimensionen einer Revolution reflektier und große Themen wie Manipulation, Autorität und Freiheit behandelt. […] Steve Karier mit seinen rot unterlaufenen Tränensäcken glänzt in der Rolle des alternden, weisen Diktators […] und gibt dem starken Text ein glaubwürdiges Gesicht. Tageblatt

[DIS]

Avec Steve Karier

Mise en scène Meriam Bousselmi

Assistant à la mise en scène Tom Dockal

Ateliers des Théâtres de la Ville Marc Bechen, Marcel Henkes, Constant Krieps, Marc Miltgen, Michel Mombach, Guy Wolff
Équipe technique Ben Kandel, Jeff Leick, Jeff Müller, Paul Nossem, Claude Weis

Production Fundamental asbl
Coproduction Les Théâtres de la Ville de Luxembourg

Création en juin 2014 au Luxembourg

 

Mardi 3 JUIN 2014 à 20h00 (tickets)

DURÉE environ 1h05 (pas d'entracte)

Adultes 20€, 15€, 8€ / Jeunes 8€

Lieu: Théâtre des Capucins

Dans le cadre de

 

Logo Monodramafestival

 

 

[TICKETS]2014-06-03 20:00:00 15689