Les Théâtres de la Ville de Luxembourg

#65 VOYAGE EN ITALIE

D'APRÈS LE JOURNAL DE VOYAGE & LES ESSAIS DE MONTAIGNE
En français

[FR] 1580. En passant par la Lorraine avec ses chevaux, Montaigne prend son temps et en profite pour soigner sa gravelle (des coliques néphrétiques) dans les villes d'eaux. Ce n'est certes pas le chemin le plus court pour gagner l'Italie depuis Bordeaux; ses compagnons enragent.

Le soir, à l'auberge, il n'allume pas la télévision, mais sort son écritoire et, à la lueur d'une chandelle, armé d'une plume d'oie, il relate les étapes d'un voyage qui va durer dix-sept mois.

Montaigne dit «Je», et c'est la première fois dans l'histoire des Lettres. Dans sa malle, il transporte deux exemplaires de ses Essais. L'un est destiné au Pape Grégoire XIII, l'autre au roi Henri III, personnages dont Montaigne souhaite obtenir l'imprimatur.

Pour ce spectacle, un ingénieux dispositif fait apparaître dans le cours du récit des objets de la collection du Musée lorrain de Nancy, que Montaigne aurait pu utiliser au cours de son voyage. Ainsi prennent vie des petites séquences évocatrices d'un philosophe enthousiasmé par l'art de vivre italien.

Nous sommes entraînés dans un autre siècle, mais qui nous donne cependant, pour le nôtre, de sages conseils de curiosité et de tolérance: «Faire des voyages me semble un exercice profitable », écrit le philosophe. « Je ne connais pas de meilleure école pour former la vie que de mettre sans cesse devant les yeux la diversité de tant d'autres vies, opinions et usages. »

» Création originale, ayant pour objectif de faire aimer Montaigne, mais aussi de voyager à travers l’Europe de la Renaissance, cette pièce vous transporta dans la pensée de ce voyageur cultivé, pétri de culture humaniste, mais aussi de scepticisme, sans jugement moral, politique et religieux, d‘où la richesse et l’universalité de son œuvre. La Semaine

» Ce verbe, si coloré est porté avec conviction et passion par Christian Rist qui a enfilé les chaussures de Montaigne et Bruno Ricci qui a endossé le pourpoint du valet. L’Est Républicain

» Cette pièce mise en scène par Michel Didym, donne vie à des petites vignettes d’un philosophe enthousiasmé par l’art de vivre italien et qui fourmillent de 1000 détails évocateurs. Nous sommes entraînés dans un autre siècle qui nous donne pourtant, pour le nôtre, de sages conseils d’ouverture, de tolérance et de curiosité. L’Est Républicain

» ... une mise en scène soignée et vivante, dans une scénographie au goût authentique tout en étant moderne, dans un jeu à 100 à l'heure sans aucun ralentissement possible. Comme la vie. Le Quotidien à propos de J'avais un beau ballon rouge

» Dans J'avais un beau ballon rouge d'Angela Dematté, Michel Didym et son équipe ont su utiliser avec habilité le décalage entre la saturation du discours politique et l'émotion. D'Lëtzebuerger Land

[DIS]

Mise en scène Michel Didym

Avec Christian Rist & Bruno Ricci

Dramaturgie Alain Cullière
Scénographie Jacques Gabel
Lumière Sébastien Rébois
Son Dominique Petit
Costumes Anne Autran
Assistante à la mise en scène Anne Marion-Gallois

Construction décor Ateliers décors du Théâtre de la Manufacture

Avec la collaboration de Loïc Godec et du cheval Real de la Ferme équestre du Ménil Saint-Michel à Flavigny-sur-Moselle

Coproduction Théâtre de la Manufacture - Centre Dramatique National Nancy-Lorraine, Les Théâtres de la Ville de Luxembourg, Théâtre d'été
Dans le cadre de Renaissance Nancy 2013

Création en mai 2013 dans le cadre de Renaissance Nancy 2013

 

Mardi 29 AVRIL 2014 à 20h00 (tickets)

DURÉE 1h25 (pas d'entracte)

Adultes 20€/ Jeunes 8€

Lieu: Grand Théâtre / Studio

[TICKETS]2014-04-29 20:00:00 15684