Les Théâtres de la Ville de Luxembourg

#55 LE COUPEUR D'EAU: L'INCOMPRIS

UN DIALOGUE MARGUERITE DURAS / DIRK ROOFTHOOFT 
En français

À l'issue de la représentation, l'équipe artistique de la pièce donne rendez-vous à son public pour une rencontre.

[FR] Marguerite Duras a écrit, en 1987, Le Coupeur d'eau, une nouvelle poignante inspirée d'un fait divers tragique lu dans un journal: quand, par une torride journée d'été, un fonctionnaire vient couper l'eau dans la maison d'une famille démunie, toute celle-ci se suicide.

Chez Marguerite Duras, la parole est primordiale, mais elle en use avec parcimonie: chaque texte acquiert ainsi une densité poétique. Elle juxtapose tout simplement les choses, sans lien causal ni psychologique. De plus, à ses yeux, toute tentative de visualisation est banalisation.

Comment mettre en scène l'innommable? Dirk Roofthooft, virtuose du langage et comédien hors pair - les spectateurs du Grand Théâtre se souviendront de son interprétation extraordinaire du Sunken Red mis en scène par Guy Cassiers -, relève le défi. Et là où le langage ne suffit plus, Diederik De Cock fait parler doucement les sonorités. À moins qu'il ne les fasse se taire bruyamment! La musique colle à l'atmosphère de la pièce: aliénation, voyeurisme, malaise, grande chaleur et torpeur estivale. Pour intensifier cette ambiance, des instruments classiques (saxo ténor, saxo baryton, guitare et batterie) sont utilisés d'une façon inhabituelle, par-dessus un tapis permanent de bruits réalistes.

» Dirk Roofthooft, le comédien, excelle dans l’expression de pareille destinée hantée […]. Diederick de Cock (avec Piet Rebel) crée des sons en parallèle, à l’unisson, en contrepoint, en contraste, qui font ressentir la révolte, la distance entre les univers de l’ordre et de ceux qui le subissent, les fêlures sans appel, la solitude obsédée à jamais. Luxemburger Wort

» [Dirk Roofthooft] aboutit le projet grâce à un jeu d'extrême intériorité qui évite les pièges de l'identification et de la gestuelle simplistes, si juste dans ses élans, ses hésitations, ses réactions, ses mots esquissés. Le Jeudi à propos de Sunken red

» Doté d'un talent et d'une sensibilité exceptionnels, Dirk Roofthooft a su créer des instants légers d'une poésie extrême, leur opposant un flux de paroles croissant avec une intensité terrible, inéluctable. Luxemburger Wort à propos de Sunken red

» Comme le travail en solo de Roofthooft nous y a habitué, nous sommes frappés par le timing précis et le dosage tout en souplesse de son style de narration. Les amateurs de Clan qui apprennent seulement à connaître son œuvre de théâtre découvriront qu'eux aussi seront suspendus aux lèvres de Roofthooft dans ce Coupeur d'eau. De Standaard

[DIS]

Texte Marguerite Duras, Dirk Roofthooft

Concept & mise en scène Dirk Roofthooft, Diederik De Cock
Acteur Dirk Roofthooft

Univers sonore / musique Diederik De Cock
en collaboration avec Piet Rebel
Saxophone Piet Rebel
Guitare & batterie Diederik De Cock
Paroles des chansons Dirk Roofthooft
Vidéo Dirk Roofthooft

Production Muziektheater Transparant
Coproduction deSingel, Les Théâtres de la Ville de Luxembourg

 

Vendredi 28 FÉVRIER 2014 à 20h00 (tickets)

DURÉE 1h15

Adultes 20€, 15€, 8€ / Jeunes 8€

Lieu: Théâtre des Capucins

[TICKETS]2014-02-28 20:00:00 15664